Contamination du réseau par des légionnelles

Les légionelles, principalement dans leurs variantes legionella pneumophila, sont responsables de la
maladie infectieuse, à déclaration obligatoire, appelée « légionellose ».

Elle affecte, sous sa forme grave, principalement les personnes âgées, immunodéprimées ou tabagiques. Cette affection des poumons se contracte suite à l’exposition à une brumisation d’eau contenant ces bactéries.

Les principaux vecteurs de brumisations sont les douches, robinets, spas, fontaines, nébuliseurs et les tours aéroréfrigérantes.

Le développement de ces bactéries dans nos réseaux d’eau tient à plusieurs facteurs dont le couple temps / températures d’eau (avec un optimum de développement situé entre 25 et 47°C) et la stagnation de l’eau, procurant nourriture et abris à ce bacille grâce, entre autres, au développement du biofilm à l’intérieur des canalisations.

La bactérie, découverte en 1977 lors de la contamination de vétéran de la légion américaine, est d’une taille de 0,5 à 2µm environ pénètre facilement dans les alvéoles pulmonaires. A sa température de développement optimale, le doublement de la population est obtenu en 2 heures seulement. Il s’agit d’une bactérie aérobie strict (nécessitant de l’oxygène pour vivre et pour sa croissance). Afin d’augmenter sa résistance, cette bactérie à la particularité de pouvoir parasiter d’autres organismes unicellulaires aquatiques comme les amibes et les protozoaires et bien évidemment les biofilms bien souvent présents dans nos installations sanitaires.

Afin de prévenir le développement des légionelles au sein de nos réseaux d’eau, des valeurs cibles ont été définis dans les règlementations et des guides techniques ont été rédigés.

L’article 4 de l’arrêté du 1er février 2010 précise que « les dénombrements en Legionella pneumophila doivent être inférieurs à 1000 unités formant colonie par litre (UFC/L) au niveau de tous les points d’usage à risque ». Dans les établissements de santé, l’objectif cible est plus exigeant au niveau de certains points précisés dans l’arrêté et « les dénombrements en Legionella pneumophila doivent être inférieurs au seuil de détection ». Par ailleurs, « lorsque ces seuils ne sont pas respectés, le responsable des installations prend sans délai les mesures correctives nécessaires au rétablissement de la qualité de l’eau et à la protection des usagers ».

Malheureusement, malgré l’augmentation des réglementations et guides techniques, le nombre de cas déclarés est encore en progression depuis 2010, date de l’arrêté (1 170 cas en 2011, 1 348 cas en 2014, 2 133 cas en 2018*)

La désinfection choc n’est pas une solution pérenne. Outre les difficultés techniques pour obtenir une désinfection efficace, la désinfection ne corrige en aucun cas les facteurs de développement présents sur l’installation qui ont abouti à la contamination constatée. Une re-contamination rapide est à prévoir.

La filtration terminale, bien qu’efficace, ne peut pas représenter une solution pérenne d’un point de vue coût et temps personnel nécessaire pour la mise en place et le remplacement régulier de ces filtres.

La solution réside dans le cumul des savoir-faire, menés par un plan d’action résultant d’un diagnostic sanitaire, puis de l’intervention coordonnée et sécurisée d’entreprises. Le suivi de l’installation par le biais du carnet de suivi sanitaire est un préalable indispensable à une bonne gestion de réseaux et est assimilable à une prévention des risques sanitaires et judiciaires.

Tours à tours, bureau d’études spécifiques contrôlant les différents éléments des installations et préconisant des modifications, des installateurs effectuant une mise en œuvre de qualité de matériels et matériaux adaptés et qualitatifs, l’équilibrage des bouclages ECS ainsi que la désinfection finale.

Des analyses d’eau permettent ensuite de mesurer la pertinence et l’efficacité des travaux mis en œuvre.

Pour information :

 

Quali’partenaires vous accompagne dans la gestion de crise par le biais d’entreprises disposant des compétences :

  • du diagnostic technique sanitaire, (identifications des causes et sources possibles de contamination et de développement, préconisations de travaux modificatifs pour une élimination des sources de contaminations durable)
  • de prestation de simulations thermo-hydrauliques de vos installations (vérification du bon dimensionnement des bouclages, adéquation des vannes de réglages en place, bon dimensionnement des pompes et déterminations des réglages à appliquer sur les vannes pour rééquilibrer les bouclages d’eau chaude sanitaire (BECS)). Cas échéant, les modifications à réaliser seront indiquées et priorisées.
  • de prestation de Maîtrise d’œuvre Spécialisée vous assurant par le biais d’un interlocuteur dédié, gain de temps et de responsabilité, déroulement de travaux conformes aux préconisations initiales (intervention d’entreprises spécialisées de qualités)

*source INVS

Vous souhaitez des informations ?

Contactez-nous